L’économie mondiale préoccupée par la montée des taux

La montée des taux dans le cadre des emprunts d’État et de l’inflation fait l’objet d’inquiétude à l’échelle mondiale. L’année 2020, victime de la pandémie, entraîne avec elle dans cette nouvelle année les conséquences économiques les plus sérieuses. Tout cet état de fait implique une préoccupation de l’économie mondiale.

Les raisons à l’origine

Ce vendredi 26 février, on assiste à un recul des bourses mondiales et des marchés européens, dans la tranchée d’une chute des bourses asiatiques. Ce recul est basé sur des préoccupations dans le contexte de la hausse des productivités obligatoires aux USA et dans les autres pays.
Du côté de l’Asie, les bourses capitales chutaient de plus de 3%. L’effondrement des indices à Wall Street dans la soirée du jeudi était à l’origine de cet événement. En France aussi, une ligne a été franchie suite au nouveau franchissement du rendement du papier pendant 10 ans (franchissement du seuil « zéro ». )
Ce taux de prêt à 10 ans est la preuve des prévisions d’inflation. Pendant ce temps, les investisseurs surveillent à tous champs, tout danger d’haussement des prix, capable de provoquer un raffermissement de la politique monétaire de l’Amérique et de l’Europe.

La France : un cas exceptionnel

Des propos rassurants sortaient de la bouche de Jerome Powell, patron de la Banque Centrale de l’Amérique. Il expliquait que l’inflation n’atteindrait pas des niveaux environnant 2% et ce, avant trois ans. Néanmoins, les campagnes de vaccination et le plan d’assistance à l’économie américaine dont le président Joe Biden souhaite l’adoption par le Congrès, se montrent être un couteau à double tranchant.
Les investisseurs craignent en effet, que le retour à la normale (vie d’avant-pandémie) et le nouveau départ d’une croissance impliquent une augmentation des prix. Ces craintes d’inflations concernent surtout les États-Unis. La France, elle, est hors surveillance en matière d’inflation.